Dossier Newsletter mai 2018

Médiatiquement SCOP

Saviez-vous que le 3 mai dernier c’était la Journée mondiale de la liberté de la presse ? Une bonne occasion pour nous de mettre à l’honneur les titres que l’on parcourt dans le métro ou en prenant son café le matin, fait défiler sur sa tablette, partage sur les réseaux sociaux, écoute en podcast ou regarde en replay… Actu, culture, solutions, ancrés dans nos territoires, Clutch, Boudu, Le Journal Toulousain et Sans Transition ! en Occitanie nous ouvrent des fenêtres sur le monde et nous démontrent qu’il n’y a pas que des trains qui arrivent en retard !

Avec pour thème cette année « Médias, justice et état de droit : les contrepoids du pouvoir », la 25ème édition a porté sur les questions des médias et de la transparence du processus politique, de l’indépendance du système judiciaire et de ses connaissances en matière de médias, et de la responsabilité des institutions de l’État vis-à-vis du public. En effet, les objectifs de développement durable (ODD) reconnaissent l’importance de l’accès du public à l’information. « Je demande aux gouvernements de faire davantage pour que la liberté de la presse soit respectée et les journalistes protégés. En soutenant la liberté de la presse, nous défendons notre droit à la vérité. » António Guterres, Secrétaire général de l'ONU.

On aime : Alternatives Économiques a été élu en mars dernier meilleur magazine de l’année 2018, avec des ventes qui ont progressé en 2017 de plus de 15 %.  La Scop l’emporte face à Paris Match, Le Point et Télérama à l’occasion des Prix Relay des magazines de l’année organisés par le Syndicat des Éditeurs de la Presse Magazine (SEPM) en partenariat avec Relay.

Dossier_NL_mai_2018_Visu

 

Clutch, la culture sous toutes ses formes !

EquipeClutch_copyright_ZakariBabel

Photo : © Zakari Babel
 
« De l’énergie à revendre et une multitude d’idées ! Les premières années ont été compliquées et nous avons toujours agi avec prudence pour réduire les coûts de fonctionnement au plus strict minimum. Nous ne voulions pas engager de  crédit ni de levée de fonds pour rester totalement libres et indépendants ! Et cela nous a obligé à nous bouger pour que le magazine vive et trouve son lectorat » explique Baptiste Ostré, l’un des 4 co-fondateurs.

Clutch a trouvé son public et est distribué à 25000 exemplaires chaque mois gratuitement dans plus de 570 points de l’agglomération toulousaine. Concerts, expo, ciné, littérature, théâtre… ce magazine propose les temps forts qui marquent la vie culturelle de la ville rose et de ses alentours.

« Notre lectorat c’est notre force ! Nous restons très prudents dans notre développement et continuons à nous auto-financer. Notre marge de manœuvre est réduite certes, mais l’on trouve aujourd’hui un équilibre entre la parution du magazine, les Hors-Séries, l'Artbook, et nos soirées de lancement qui rassemblent 2000 à 2500 personnes chaque mois ! Depuis 2012, nous avons gagné en sérénité ! »

Clutch n’est pas qu’un simple agenda ou guide qui répertorie les événements culturels. C’est un vrai magazine avec des choix éditoriaux qui propose des manifestations pour tous les goûts et toutes les bourses. Le magazine est en mouvement constant, avec de nouvelles rubriques qui mettent à l’honneur les personnes ou les structures qui font ou qui participent à la vie culturelle de Toulouse et de son agglomération.

« L’équipe se compose de 4,5 salariés, les fondateurs : Julie, Benoit, moi -même et Loïc, administrateur à mi-temps ; et depuis 2 ans, Paul nous a rejoint. Le projet a été conçu dès le départ en Scop car c’était cohérent avec notre implication collective. Chacun a apporté ses compétences et nous avons construit ensemble notre magazine. Nous prenons toujours les décisions démocratiquement, et cela nous rassurait que l’on ne puisse pas se faire racheter, et que si des capitaux extérieurs devaient rentrer, chaque personne continue à avoir sa voix au chapitre. Par ailleurs, la logique coopérative sous-entend une approche plus "humaine" du travail, en incluant chaque salarié-associé sur le même horizon, au contraire - à notre sens du moins - d'une structure pyramidale, plus exclusive et risquant plus de verser dans le rapport de forces. C'est un aspect qui nous touche beaucoup, d'une part, parce que la fabrication du magazine demande chaque jour une interdépendance entre différents corps de métiers, et d'autre part, parce que notre société à vocation de rester à tailler humaine. »

L’enjeu actuel est de pérenniser les formats complémentaires au mensuel comme le Hors-Série spécial étudiants qui existe depuis 2016 et qui devrait paraître cette année dès la rentrée universitaire. L'Artbook a été également repensé pour sa deuxième édition et la 3ème devrait être disponible en 2019. L’équipe planche aussi sur un second concept de soirée, complémentaire au rdv mensuel devenu incontournable de la vie culturelle toulousaine ! Enfin, le site web devrait faire peau neuve dans les prochains mois.

« Aujourd’hui, nous avançons en prenant notre temps, et nous menons une réflexion de fond quant à Internet afin que les contenus papiers et web ne se cannibalisent pas, ne soient pas du simple copié/collé, mais s’apportent mutuellement des compléments. Car Internet a rebattu les cartes : nous croulons sous les infos. C’est désormais aux médias d’aller chercher leur lectorat. Nos soirées sont en fait un prolongement de notre ligne éditoriale, ancré dans la réalité et qui nous permet de rencontrer nos lecteurs, d’avoir une relation de proximité avec eux. Et nous en sommes très fiers ! Car cela contribue à construire notre image et notre renommée. ».

CLUTCH MAG
> Pensez à vous abonner !

Site web

Boudu !

EQUIPEBOUDU2018_BD

Véritable magazine de société, Boudu nous raconte Toulouse et sa région différemment depuis novembre 2015. Édité par la Scop Trente&Un, il a l’ambition de « surprendre et étonner », comme l’explique son fondateur et directeur de la rédaction Jean Couderc.

« Notre ADN c’est d’être toujours là où il faut être et jamais là où on nous attend ! Nous sommes attentifs à offrir un contenu et un contenant qualitatifs, avec des sujets qui favorisent la narration, les longues conversations et les enquêtes. Nous avons fait évoluer notre maquette l’an dernier avec une mise en page plus moderne, plus aérée. Et des choix éditoriaux plus news magazine branché pour séduire un public urbain. Notre ambition : s’adresser à une communauté de curieux grâce à un magazine qui réfléchit ! »

On y parle de l’actualité pour la mettre en perspective, sur un ton différent, décalé, à la sauce Boudu, sans pour autant être hors-sol et hors-temps, et tourner davantage le magazine vers l’avenir. Ici on prend le temps, on analyse, on déniche, on regarde. Les reportages s’y veulent surprenants, sous forme de récits. Dans ce magazine de société, l’humain est placé au centre. Car Boudu veut aussi découvrir des talents, mettre en valeur des personnalités. Aujourd’hui, le bilan est contrasté. Si une communauté d’abonnés croissante et fidèle s’est constituée, concernant les ventes en kiosques, les résultats sont en deçà des prévisions.

« Créer un magazine est beaucoup plus difficile que ce l’on imaginait. Un constat : nous ne nous sommes pas trompés sur le lectorat ni sur l’idée qu’il manquait à Toulouse un magazine qui propose du contenu. Le support plaît beaucoup, nous avons de bons retours et comptons de nombreux abonnés. Il faut que nous travaillions encore à nous faire connaître des Toulousains et des Toulousaines, ainsi que des entreprises locales et régionales qui cherchent à communiquer, car nous peinons à intégrer les plans médias. »

Malgré une progression plus lente que prévue dans un secteur de la presse papier en crise et très concurrencée par Internet, l’équipe se bat et imagine de nouvelles solutions. La rédaction vient dernièrement de s’installer au Lab’Oïkos, ce qui lui offrira davantage de visibilité au sein de cet écosystème en effervescence permanente…

« Avec la crise économique, les budgets de communication des entreprises et institutions ont été réduits comme peau de chagrin, et les encarts pub ne sont qu’un des nombreux moyens de communiquer… Le fait d’être indépendants ne nous permet pas de nous appuyer sur d’autres activités pour nous diversifier comme l’organisation d’événements que pratiquent bon nombre de nos confrères. Nous avons besoin que davantage de personnes nous fassent confiance à l’image de l’URSCOP qui a cru en nous dès le départ. Elle nous a accompagné sur les plans administratifs, juridiques et financiers et surtout, nous a permis de crédibiliser notre projet. »

Du papier à la vidéo ? L’idée est actuellement dans les têtes des journalistes et ne soyez donc pas surpris si, dans les prochaines semaines, ils venaient vous interviewer caméra au poing !

BOUDU
> Pensez à vous abonner !
Site web

Les solutions du Journal Toulousain

LeJT_Couv

Quatre ans après sa reprise en Scop, le Journal Toulousain, ou « JT » pour les intimes, fait la part belle aux initiatives, et met en avant les solutions de citoyens, associations, institutions ou entreprises pour résoudre les problématiques de notre société actuelle, améliorer la vie quotidienne, la qualité de vie au travail...  Une autre façon de construire l’information pour l’hebdomadaire qui concentre sa ligne éditoriale autour d’infos constructives portant à la fois sur le sociétal, le social, et l’environnemental.


« Sur les étalages des kiosques, dans notre boîte mail, sur Internet : les mauvaises nouvelles s’enchaînent. Face à ce déferlement d’informations angoissantes, le lecteur se sent parfois impuissant. L’équipe du JT a donc décidé de lancer un média de solutions. Un projet ambitieux : c’est le premier hebdo à proposer cette nouvelle façon de traiter l’information. » explique la rédaction sur son site web.

Installée dans les locaux du Lab’Oïkos, à Toulouse, l’équipe du JT est polyvalente. Elle est composée de 4 journalistes, dont un rédacteur en chef, pour rédiger un contenu unique. Une commerciale développe la diffusion du journal et sa notoriété, et un chargé de mission Web s’attèle à mettre en avant le JT sur Internet. Enfin une équipe de pigistes réguliers et pluridisciplinaires apportent chaque semaine leur expertise sur différents sujets.

L’objectif est de mettre en lumière ceux qui, à leur manière, ne se laissent pas gagner par la sinistrose ambiante et se retroussent les manches face aux défis de notre époque. Qu’ils soient jeunes diplômés, sans emploi, élus, citoyens, retraités, ces héros du quotidien dessinent le monde de demain. De quoi s’inspirer et donner des clés pour agir.

Le 12 avril dernier, étaient remis, pour la deuxième année consécutive, les Trophées des Solutions, récompensant les initiatives découvertes tout au long de l’année. Parmi les lauréats, la Scop Symbiosphère s’est distinguée dans la catégorie Solutions environnementales.

LE JOURNAL TOULOUSAIN
> Pensez à vous abonner !
Site web

Ancré en Occitanie, Sans Transition ! pousse à la réflexion

Sans_Transition_Couv

Éthique, participatif et territorial, Sans Transition ! en Occitanie fêtera cet été ses 2 ans. Édité par une coopérative, ce bimestriel est conçu, imprimé, mis en page et diffusé en toute cohérence. Il se veut porteur d'espoir et de changement grâce à la mise en lumière d'exemples concrets pour participer - chacun à son niveau - à la transition sur les territoires. Il prône l'engagement citoyen dans la cité : ESS, écologie, citoyenneté, écoconstruction, alimentation biologique… et entend aussi apporter des réponses fiables à ceux qui souhaitent en savoir plus sur le fonctionnement de notre société.


« Nous avons pensé notre revue comme un magazine politique, qui prône l’engagement collectif et les alternatives citoyennes. À La Maison des Possibles – la Scop qui édite Sans Transition ! -, nous traduisons notre engagement par une démarche cohérente : nous sommes constitués en coopérative, imprimons en local à Montpellier, Enercoop fournit notre électricité, nos banques, mutuelles et assurances sont aussi des coopératives. » explique Julien Dezécot, directeur de publication.

La revue entend notamment :
> Répondre au besoin d'information fiable du grand public sur des exemples concrets d'initiatives en faveur de la Transition, c'est-à-dire d'un changement de société,
> Répondre au besoin des acteurs (entreprises, collectivités et associations) en communication sur leurs actions et mises en réseau,
> Répondre aux attentes des citoyens en matière d'expression libre et médiatisée sur leurs sentiments et solutions pour une société plus juste et humaine.

Sans Transition ! propose donc des enquêtes et dossiers de fond, des reportages vivants sur des entreprises ou des organisations qui agissent concrètement sur le territoire et des initiatives remarquables pour découvrir la transition en marche. La rédaction souhaite aussi mettre en valeur le patrimoine naturel et culturel via des débats et des entretiens avec des acteurs locaux.

Toute l’équipe de La Maison des Possibles est attachée aux valeurs humanistes, écologistes et progressistes qu’elle défend dans ses médias. « Nous appliquons ce que nous prônons ! L’engagement et la RSE font partie de notre ADN. Nous travaillons sur les territoires : nous avons une équipe de rédacteurs locaux et des partenariats avec les médias locaux (radios et TV) sur chaque territoire. Sans Transition ! ne répond à aucun autre courant que celui de l’indépendance de la presse et de la liberté de penser. Notre rédaction n’est soumise à aucune pression politique ou économique extérieure. Et en tant que journalistes, nous essayons - autant que possible - de faire se rencontrer et se confronter les idées, plutôt que de les affirmer. À chacun d’y voir sa vérité. ».

Après la Bretagne en 2008, la Provence en 2012 et l'Occitanie en 2016, Sans Transition ! débarque ce printemps en région Auvergne-Rhône-Alpes ! Une nouvelle édition lancée à l'occasion de la Semaine du développement durable à Lyon, le jeudi 31 mai dernier en présence de François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, association emblématique de la lutte contre la présence des pesticides dans l'environnement, avec le soutien de l'Union régionale des Scop Aura et de la Fédération régionale des Scop du BTP Aura.

SANS TRANSITION MAGAZINE
> Pensez à vous abonner !
Site web

> On soutient : Sans Transtion ! mène une campagne de crowdfunding sur Ulule jusqu’au 30 juin prochain.