Journée Internationale des Femmes : Six questions à Valérie Héraud

Journée Internationale des Femmes : Six questions à Valérie Héraud

08.03.2017

27 : c'est le pourcentage des Scop Midi-Pyrénées dirigées par des femmes en 2017. En cette Journée Mondiale des Droits des Femmes, Valérie Héraud, a ouvert les portes de sa structure.

A 50 ans, Valérie Héraud est à la tête depuis bientôt un an de la Scop « Au Fil du Bois ». Après liquidation judiciaire de leur entreprise en mai 2016, les salariés de la menuiserie sd bois de Ramonville, ont décidé de la reprendre en la transformant en Scop. Installée aujourd'hui rue des Ormes et constituée de cinq salariés, la Scop propose un savoir-faire dans la fabrication et la pose de menuiseries d'intérieur et d'extérieur pour une clientèle haut de gamme.

Retour sur le parcours atypique d'une femme dirigeante d'une entreprise pas comme les autres...

valerieheraudaufilduboisweb

Quel a été votre parcours avant de vous lancer dans l’aventure coopérative « Au Fil du Bois » ?

J'étais auparavant gérante d'un bar tabac pendant treize ans, puis assistante administrative dans le secteur pharmaceutique. J'ai ensuite rejoint l'entreprise « sd bois » où j'ai occupé le poste d'assistante de direction pendant dix ans. C'est en mai 2016, lors de la liquidation de l'entreprise, que j'ai pris la direction de la Scop « Au Fil du Bois ». Je ne suis titulaire que du bac, je suis autodidacte dans mon métier que j'ai appris « sur le tas » mais également dans le cadre de formations en comptabilité, validées cette année en cours du soir au CNAM.

Qu’est-ce qui vous a fait franchir le pas de la création d’entreprise ?

Nous aimons notre métier. Sur les cinq salariés de la Scop actuelle, nous sommes quatre « anciens » salariés de l'entreprise « sd bois ». Nous avions de bons retours de satisfaction des clients à sd bois et nous souhaitions également préserver notre emploi, que nous connaissions bien, le tout dans une démarche éthique qui nous correspondait. Notre découverte du monde des Scop via Cyrille Rocher (responsable du pôle création et reprise d'entreprise à l'Urscop), au moment des turbulences liées à la fin d'activité de l'ancienne entreprise nous a convaincus.

Quels sont les challenges que vous avez dû relever en tant que Femme Dirigeante ? 

Trouver une légitimité dans un milieu, celui du batîment, un secteur masculin et souvent machiste (ce qui n'est pas le cas de mes collègues !)

Quels sont les points positifs et négatifs de la direction d'une entreprise ?

La liberté de choix et de l'organisation de son travail mais à contratrio, une lourde responsabilité et un stress afférent.

Qu’est-ce qui vous anime le plus dans votre métier ?

La fierté du beau travail accompli (par mes collègues !!), la diversité du travail manuel et artisanal qui n'est jamais le même selon les chantiers.

Pensez-vous que vous auriez eu le même parcours si vous étiez un homme ?

Evidemment non, vous connaissez beaucoup d'hommes assistants ?

Quel est votre ambition pour les années à venir ?

Développer l'activité au delà de notre taille actuelle. Etre reconnue dans le milieu assez fermé de l'architecture Toulousaine et pouvoir accomplir des réalisations de prestige. Et enfin, arriver à fomer et à transmettre notre savoir-faire à de jeunes pousses pour prendre le relais à long terme !