Dossier Newsletter janvier 2016

Entreprendre autrement au service des territoires avec la SCIC

Altern-Mobil_web20150603_112529_webLe comptoir des colibris   Competences-territoire2-web


Photos : AlternMobil; Riguecoop; Le Comptoir des Colibris; Compétences & Territoire


La SCIC - Société Coopérative d’Intérêt Collectif – fête cette année ses 15 ans d’existence.


Ce statut d’entreprise, créé en 2001 au service de l’innovation sociale dans les territoires, a vu naître de belles réussites régionales telles qu’AlternMobil, Compétences & Territoire, Le Comptoir des Colibris ou encore la jeune Riguecoop.

Dans un contexte de décentralisation et d’accroissement des besoins sur les territoires en matière de cohésion sociale, d’insertion vers l’emploi, d’environnement, de services à la personne, les SCIC participent activement au développement local au travers d’organisations collectives, solidaires et démocratiques. La spécificité de la SCIC est d’associer l’ensemble des parties prenantes  - qu’elles soient publiques ou privées - porteurs de projet, salariés, bénéficiaires, financeurs, collectivités territoriales...

La SCIC, quèsaco ?


Juridiquement, le dernier-né des statuts coopératifs fonctionne sur un principe de SA ou de SARL, et répond, comme toute entreprise, aux impératifs de gestion.
Or, le statut SCIC a pour particularité de produire ou fournir des biens et des services qui répondent à un besoin de la collectivité en exploitant ses ressources économiques et sociales de la façon la plus cohérente possible, comme le démontre tout d’abord l’exemple d’AlternMobil.

-> AlternMobil

" Proposer une solution alternative à la mobilité des biens et des individus, et permettre à des personnes éloignées du marché de l'emploi de retrouver un travail à temps plein, sont les deux principes qui ont motivé la création d’AlternMobil " explique Cyril Marcerou, gérant. Spécialisée dans la mobilité urbaine, sans bruit ni émission de gaz à effet de serre, tout en respectant la vie au quotidien des autres usagers des centres villes, l’équipe d’AlternMobil distribue entre 1200 et 1500 colis chaque jour à Toulouse.

" Nous employons aujourd’hui 25 salariés et venons de fusionner avec une EURL à Nice qui compte 4 salariés. Nous devrions également nous implanter dans les prochains mois à Montpellier ainsi que sur la côte basque. "

-> Le Comptoir des Colibris

Autre territoire, autre projet, à Cologne dans le Gers, une association a établi il y a 7 ans un diagnostic sur les besoins sociaux du territoire vis-à-vis de la petite enfance et des seniors. Une longue réflexion qui a maturé pour mener, de novembre 2013 à juillet 2014, à une étude sur l’insertion, notamment envers les femmes élevant seules leurs enfants et les jeunes sans diplôme. " J’ai été nommée pour réaliser cette étude, relate Stéphanie Grenier, gérante du Comptoir des Colibris, et très vite je me suis lancée dans une phase de mobilisation des partenaires locaux. " Un groupe projet de 40 personnes, parmi lesquels des particuliers, des institutionnels, des élus, des associations, des agriculteurs…, s’est rapidement constitué afin de réfléchir autour de ce lieu, la déco, la nourriture, les activités… Un comité de pilotage s’est alors formé pour statuer sur la forme juridique. " Ni l’association ni la Scop ne répondaient à tous nos critères. C’est pourquoi, nous avons opté pour la SCIC. "

L’activité de la SCIC est d’utilité sociale. Elle répond à des besoins émergents ou non satisfaits, et contribue à l’insertion sociale et professionnelle, au développement de la cohésion sociale, à l’accessibilité aux biens et aux services.

Implanté sur une zone rurale où il y a peu de lieux de vie où les personnes peuvent se rencontrer et se retrouver, Le Comptoir des Colibris est à la fois un espace de restauration et de divertissement. " Nous avons fait le choix d’une carte courte qui propose des plats confectionnés à partir de produits locaux." Les légumes proviennent des Jardins de Cocagne, la viande est fournie par des abattoirs locaux qui sélectionnent des producteurs situés à proximité, le canard directement de producteurs locaux. Le pain est fabriqué à tour de rôle par un boulanger et un paysanboulanger. " Tout est fait maison ! Dans le but d’offrir une cuisine encore plus qualitative et de mettre davantage en valeur nos bons produits locaux, j’ai suivi une formation reconversion arts culinaires au sein du centre de formation Alain Ducasse à Paris " continue Stéphanie Grenier. Afin de promouvoir les légumes bios des Jardins de Cocagnes, le lieu de vie réceptionne également les paniers hebdomadaires d’une vingtaine de familles.

La SCIC gersoise accueille également un volet culturel très dynamique avec des ateliers d’écriture en journée, 2 concerts et 1 expo tous les mois. " Il s’agit principalement d’artistes locaux. Nous avons la licence d’entrepreneur du spectacle et notre conseillère en insertion professionnelle accompagne aussi les artistes, ce qui est assez inédit dans le cadre de structure telle que la nôtre." Enfin, on peut également offrir un café, une boisson (non alcoolisée) ou un repas à des personnes ayant peu de revenus via le système des repas et café suspendus payés par d’autres consommateurs qui souhaitent jouer la carte de la solidarité.

-> Riguecoop

Récent exemple de création de SCIC qui a contribué à maintenir les emplois sur le territoire :  la naissance de Riguecoop, spécialiste du canard à Riguepeu dans le Gers.
Suite à la liquidation de Canards de France, les salariés ont souhaité reprendre l’entreprise. " En avançant dans la réflexion, nous nous sommes vite rendus compte qu’un associé moral nous  permettrait de pérenniser et mutualiser notre outil de production. De plus, nous souhaitions défendre notre savoir-faire et ancrer nos emplois sur le territoire, sans qu’il y ait la possibilité d’être racheté par un Groupe. Le choix de la SCIC était alors évident " raconte Jean-Michel Duffau, gérant de Riguecoop.

-> Compétences & Territoire

Dans le cas de Compétences & Territoire, tout a commencé par un diagnostic territorial qui a permis d’établir que le Ségala Limargue dispose d’un tissu de PME, d’agriculteurs, d’artisans et de commerçants dont les besoins en main d’œuvre sont difficiles à satisfaire, faute d'attractivité. Afin d’enrayer la situation, les acteurs locaux ont décidé de se mobiliser pour apporter des solutions à travers une réponse collective adaptée et transversale, qui contribue à la revitalisation du territoire et à la dynamisation du tissu économique et social. " Pour répondre aux problématiques exprimées, nous avons créé la SCIC Compétences & Territoire en 2007 dont les principales missions reposent sur un mode de développement local alternatif basé sur la coopération, la mutualisation des compétences, et la possibilité pour le plus grand nombre de bénéficier de services adaptés à ses besoins notamment en matière de formation. " témoigne Jean-Yves Landas, Président de Compétences & Territoire.

La SCIC intervient sous forme de mutualisations ou de prestations, liées au domaine de la gestion des ressources humaines.
" Ainsi dès 2007, nous mutualisons l’organisation d’un arbre de Noël pour les salariés, financé collégialement par plusieurs employeurs. Nous avons aussi été précurseurs en matière de complémentaire santé pour les salariés avec une mise en œuvre dès le 1er janvier 2009. Pour cela, nous avons d’abord sondé les salariés pour recueillir leurs besoins et avant d’établir un cahier des charges répondant à leurs exigences. " complète Cathy Labarthe, Directrice salariée associée.

Autre domaine d’ingénierie de la SCIC au service des associés : la formation. Les besoins sont recensés afin de mutualiser des cessions, faire venir les formateurs et réduire le coût.
Quant aux prestations et actions, le territoire d’intervention s’agrandit géographiquement et en nombre de TPE-PME. Les actions menées en gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, grâce aux  financements de la DIRECCTE et du FEDER,  ont permis de rencontrer de nouvelles entreprises pour des diagnostics et de réaliser un parcours management à destination des chefs d’entreprises (recruter, manager, gérer les conflits…).

Intérêt collectif ? Multisociétariat !


->
Compétences & Territoire

" La SCIC a cet avantage d’être composée d’associés de différentes catégories, entreprises, collectivités, associations et particuliers. Nous totalisons à ce jour 23 associés dont 2 associés-salariés " reprend Jean-Yves Landas de Compétences & Territoire.

-> Le Comptoir des Colibris

Avec 32 associés, Le Comptoir des Colibris a lui préféré dans un premier temps s’entourer des membres fondateurs et des bénévoles. Deux salariés encadrants sont aussi associés, tout comme l’association Arcolan et l’organisme financier Socoden. " Nous nous réunissons régulièrement pour assurer régulièrement des suivis avec la DIRRECTE, le Conseil Général, Pôle Emploi et la Mairie de Cologne " explique Stéphanie Grenier.

Le capital d’une SCIC rassemble des acteurs multiples : les salariés bien sûr, mais aussi des usagers, des collectivités publiques, des entreprises… des personnes physiques ou morales : tous ceux qui verront un intérêt à être parties prenantes du projet.

-> Riguecoop

A la création de Riguecoop, 4 collèges d’associés ont été créés afin que toutes les parties prenantes soient représentées : les 7 salariés, 7 gaveurs, 5 clients et 14 bénévoles, majoritairement des particuliers désireux d’accompagner le développement d’un beau projet avec pour objectif commun : promouvoir le canard tradition et de démocratiser le prix.

3 types d’acteurs doivent être associés lors de l’immatriculation de la société, dont obligatoirement des salariés et des bénéficiaires. Si les collectivités territoriales sont associées, elles peuvent détenir jusqu’à 50% du capital, depuis la loi sur l’ESS, votée le 31 juillet 2014.

Une SCIC SARL doit être dotée d’un capital social minimum de 1 € et doit être composée d’au moins 3 associés lors de son immatriculation tandis que le capital social minimum est de 18 500 € dans le cas d’une SCIC SA et le nombre d’associés minimum s’élève à 7.

-> Compétences & Territoire

  "Gérant d’une entreprise de TP de 42 salariés depuis 2006, je n’avais pas les ressources en interne pour mettre en place des actions sociales. En adhérent à la SCIC Compétences & Territoire, j’ai pu proposer à mes salariés des solutions adaptées à nos contraintes comme la mutuelle et la formation. Chaque année, je participe au financement de l’arbre de Noël, très apprécié de mes collaborateurs. Seules les grandes entreprises ont les moyens de réaliser ce genre d’opérations. Si on veut que les TPE-PME continuent à se développer sur les territoires, il faut que les élus soutiennent davantage ce genre d’initiatives qui booste le secteur économique. En rassemblant des entrepreneurs tous secteurs confondus, cela nous permet aussi d’échanger et de fédérer un  groupe d’entreprises solidaires en milieu rural " assure Jean-Lou Calmejane, associé et gérant de la STAP.

-> AlternMobil

" Notre sociétariat est constitué de 4 salariés-associés, qui devraient passer à 9 cette année, et de 6 associés externes dont la société Cobrane, des usagers et Toulouse Métropole. Nous travaillons aujourd’hui avec les équipes de la mairie de Nice afin qu’elle s’associe à AlternMobil d’ici la fin de l’année. Notre objectif est qu’une vingtaine de collectivités locales soient parties prenantes " poursuit Cyril Marcerou.

Les associés vont ensemble constituer le capital de la SCIC et participer à sa gestion en se réunissant en Assemblée Générale et en votant selon le principe coopératif "1 personne = 1 voix". Ils élisent ainsi ensemble leurs administrateurs et leurs dirigeants, et choisissent les grandes orientations stratégiques de la coopérative.

Créée en 2008 à Toulouse sous statut SARL, l’entreprise s’est transformée en Scop en 2012 avant de devenir une SCIC en 2013.
" Nous étions tous mouillés à la fin de la journée, c’était donc naturel pour moi d’adopter un statut juridique qui nous implique tous. Le mode de management a toujours été très participatif. Le credo " un homme égale une voix " a fini de me convaincre ! "
 

Une entreprise à finalité non lucrative


Dans une SCIC, entre 57,5 % et 100 % des bénéfices sont affectés à la constitution de réserves impartageables. Ces réserves constituent le patrimoine commun de la SCIC et ne peuvent pas être distribuées : elles garantissent ainsi l’indépendance et la pérennité de la structure.

-> Riguecoop

" Nous avons bouclé notre premier exercice au bout de quelques mois d’activité avec un CA de 741 000 €, soit 0,4 % de plus que notre prévisionnel ", confie Jean-Michel Duffau. Riguecoop a su tirer son épingle du jeu face à la législation qui interdit aujourd’hui les cages individuelles, ce qui a contraint bon nombre de petits producteurs à arrêter, ne pouvant pas faire face à un tel investissement. La SCIC assure également aux gaveurs un revenu 30 à 40 % supérieur que les industriels, afin de garantir ses approvisionnements.

Cercle vertueux : en participant en communauté à un projet en SCIC, les coopérateurs s’inscrivent nécessairement dans une logique de développement local et durable. Ancrée sur un territoire, la SCIC favorise l’action de proximité et le maillage des acteurs d’un même bassin économique. Aujourd’hui, on compte 23 SCIC en Midi-Pyrénées.

-> AlternMobil

Récompensé par la CRESS avec le Prix de la Performance Economique, AlternMobil a clôturé 2015 avec un CA de 650 000 € (vs. 175 000 € en 2014).
Voir la vidéo

-> Compétences & Territoire

" Nous sommes attachés, après 9 ans d’existence, à assurer la pérennité de notre structure et l’adapter sans cesse afin de rester pertinent notamment en matière de GPEC " conclut Jean-Yves Landas pour Compétences & Territoire.

-> Riguecoop

Cette année, Riguecoop va s’atteler à constituer un stock et consolider sa trésorerie. Les bouchers sollicitent depuis peu la SCIC pour commercialiser ses conserves. " Si l’on produit davantage, il faudra étoffer notre équipe avec un/e commercial/e, achève Jean-Michel Duffau. Aujourd’hui, chaque salarié est polyvalent et fait  face aux impondérables. Nous devons prioriser nos tâches et nous entourer de professionnels sur certains aspects. "

Mention spéciale :
Depuis vendredi 15 janvier, Riguecoop doit faire face à une crise sans précédent. En effet, le gel des productions de canards gras décidé par le Ministère de l'Agriculture met la jeune SCIC en péril. « À nous, avec le soutien de l'URSCOP, de réussir à trouver des solutions afin de passer le cap de 5 mois sans production et donc sans chiffre d'affaires. Le défi sera très dur à relever, mais nous nous y attelons dès à présent. L'avenir nous le dira... » Jean-Michel Duffau, gérant de Riguecoop.

-> Le Comptoir des Colibris

Suite à un DLA avec un professionnel de la restauration afin d’identifier les besoins de matériel pour confectionner plus de repas, Le Comptoir des Colibris vient d’obtenir un financement. " Nous  allons aussi développer notre pan culturel en organisant 1 concert par semaine dans le courant de l’année. Nous allons aussi proposer,en partenariat, des évènements d’envergure durant l’été 2016. Nous rencontrons un vif succès et profitons de l’énergie de toutes les personnes investies dans le projet, notamment nos sociétaires qui nous apportent énormément. Notre équipe de salariés est aussi très soudée autour des valeurs du Comptoir des Colibris et cela nous permet d’avancer ensemble vers un objectif commun… Avec pour leitmotiv la solidarité. Cela créé une formidable mixité sociale et un joyeux dynamisme dans nos campagnes. Nous recevons et apportons notre aide à bon nombre de porteurs de projets qui s’inspirent de notre expérience dont tout  récemment Bien Vivre à Tournecoupe, implanté également dans le Gers sous forme de SCIC. "